Programmé pour la deuxième édition du GroFest à AMPLI, Knox, groupe de groove metal palois formé en 2011 m'a accordé cette interview. 

Crédit photo : L'Atelier d'Hervé 
(ndlr : offerte par l'AMPLI)


La dernière fois que vous avez joué avec Mantra, c'était en 2016 lors du West Side Tour. Vous êtes contents de les retrouver sur cette deuxième édition du GroFest ?

Félix : Ce sont de super potes avec qui on a fait une tournée il y a un an, et même un court-métrage. On est venu jouer chez eux en Bretagne, et cette année, ils viennent chez nous.

Lors du Motocultor Warm Up à Toulouse en mai dernier, vous avez repris Roots de Sepultura avec le groupe Stride Against Lies. Comment c'était ?

Félix : C'est un grand classique que tout le monde connaît. Au dernier moment, à la fin du set, j'ai essayé de faire un clin d'œil au chanteur de Stride Against Lies avec qui on a partagé l'affiche. C'était vraiment très bien. 

En mars, vous aviez quatre titres de prêt pour votre deuxième album. Qu’en-est-il aujourd’hui ?

Félix : On en est à peu près à cinq titres. On se laisse une marge, c’est-à-dire qu’on compose dix titres et on en choisi six après. Ce sera un EP-concept autour des cinq sens. Sauf qu’il va y avoir six titres… on est plein de ressources (rires) !

Sur Ignition, Best Old Enemy et Blood Spangled Banner (qui se suivent dans la tracklist) sont les titres que je trouve les plus sombres de cet album. Y-a-t-il une raison particulière ?

Félix : Le texte de Blood Spangled Banner n’est pas très joyeux. C’est sur le génocide des Indiens d’Amérique. Au moment de l’enregistrement, il y a toujours des choses que tu découvres. Ce n’était pas forcément une volonté de mettre ces deux titres à la suite. Quand on a fait l’ordre des morceaux, on trouvait que ça s’enchaînait bien. Best Old Enemy, c’est un morceau sur la gueule de bois donc peut-être un peu plus lancinant que les autres.

Et de quoi parle Blowjob Deluxe ? Car c’est le titre le plus différent de l’album, entre ses riffs très lourds et ses gémissements qui n’en finissent pas…

Félix : C’est un morceau sur la fellation « deluxe ». Il y a un sample avec des nanas qui expriment… leur plaisir d’être là ! Et nous, ça nous permet de descendre de la scène pour aller voir le public.

Où s’est déroulé l’enregistrement de votre premier album ?

Félix : En fait, c’est le guitariste de Grorr, Gaël, qui a enregistré toutes les parties de guitare et de basse sur cet album, à Jurançon. Et Bertrand, l’ex-chanteur de Grorr, a un peu bidouillé les batteries. J’avais organisé leur toute première tournée – d’ailleurs c’est là qu’on avait rencontré Mantra. On essaie de partager notre savoir-faire. Ils nous amènent du saucisson et nous, de la mayonnaise. C’est le secret d’une ligne parfaite (rires) !

L’interview est terminée. Merci à vous ! Si vous souhaitez rajouter quelque chose.

Mathieu : Knox, c’est la spontanéité, c’est… le terroir. On ne se prend pas la tête. On est là pour se faire plaisir et si le public nous le rend, c’est cool.

Interview par Rodolphe Lamothe